Lancement des sorts de prêtre

Type(s) : Point de règle AD&D2
Source(s) Générique : Manuel des joueurs


Les magiciens et les prêtres se conforment aux mêmes règles de lancement des sorts. Pour jeter un sort, un personnage doit d'abord l'avoir mémorisé...

Il doit également être capable de parler (c'est-à- dire ne pas être bâillonné ou sous l'effet d'un sort de silence) et avoir les deux bras libres (notez bien que la règle optionnelle des composantes de sorts [section suivante] peut modifier ces conditions). Si le sort est ciblé sur une personne, un endroit ou un objet, le jeteur de sorts doit être capable de voir ce dernier. On ne peut pas lancer une boule de feu à 50 mètres devant soi dans l'obscurité totale ; il faut voir le point de l'explosion et pouvoir mesurer la distance du regard. De la même façon, un projectile magique (qui touche toujours sa cible) ne peut pas être lancé sur un groupe de bandits avec l'ordre d'aller frapper le chef ; le jeteur de sorts doit avoir lui-même identifié ce dernier et être en mesure de le voir.

Une fois le lancement du sort entamé, le personnage doit rester immobile. Il ne peut pas jeter de sort depuis un véhicule ou le dos d'une monture, à moins que ses compagnons ne soient en mesure de stabiliser son assiette et de le protéger. Ainsi, il est impossible de lancer un sort depuis le dos d'un cheval lancé au galop ou le pont d'un navire pris dans une tempête. Par contre, si un jeteur de sorts se trouve sur le pont inférieur d'un navire, protégé du vent et des vagues, il peut lancer un sort. S'il se trouve dans un chariot en mouvement, mais que ses compagnons le soutiennent pour l'empêcher de bouger, il peut également le faire. Dans tous les cas, c'est à votre MD de trancher dans ce type de situations peu courantes.

Pendant le round au cours duquel il lance le sort, le jeteur de sorts ne peut pas bouger pour esquiver des attaques. Par conséquent, il ne bénéficie pas de ses éventuels bonus de Dextérité. De plus, s'il est touché par une arme ou rate un jet de sauvegarde avant d'avoir terminé son incantation, sa concentration est brisée ; son sort s'éparpille en bribes d'énergie inutiles et s'efface de sa mémoire jusqu'à ce qu'il l'ait de nouveau étudié. C'est pourquoi on recommande généralement aux jeteurs de sorts de ne pas se tenir en première ligne d'une bataille - du moins, s'ils veulent être capables de lancer des sorts !