Loi, neutralité et chaos

Type(s) : Alignement AD&D2
Source(s) Générique : Manuel des joueurs


Les attitudes envers l'ordre et le chaos peuvent être regroupées en trois croyances opposées, que vous pouvez vous représenter comme les trois pointes d'un triangle : la loi, le chaos et la neutralité. L'éthique de chaque personnage - sa conception de la société et des relations avec autrui - tombe forcément dans une de ces catégories...

Les personnages qui croient en la loi pensent que l'ordre, l'organisation et la société sont des forces universelles importantes, voire vitales. Les relations entre les gens et les gouvernements sont totalement naturelles. Les philosophes loyaux affirment que cet ordre n'est pas une création humaine, mais une loi de l'univers. Bien que ce ne soit pas l’homme qui ait créé des structures organisées, il est obligé de fonctionner dans leur cadre, sans quoi tout s'effondrerait. Chez les personnes moins portées sur la philosophie, la loyauté se manifeste dans la croyance que les lois doivent être élaborées et suivies, afin que la société fonctionne sur des règles compréhensibles par tous. Par exemple, personne n'est autorisé à se faire justice soi-même : il faut présenter ses doléances aux autorités compétentes. L'unité d'action fait la force, comme l'illustrent parfaitement les guildes, les empires et les Églises les plus puissantes.

Ceux qui épousent la neutralité tendent à adopter une vision des choses plus équilibrée. Ils pensent que pour chaque force de l'univers, il existe une force opposée : là où se trouve la loi se trouve forcément le chaos, et partout les neutres côtoient les partisans. Ce principe est également valable pour le bien et le mal, la vie et la mort. La seule chose importante est que toutes ces forces restent en équilibre. Si l'un des facteurs commence à prendre le dessus sur son opposé, l'univers se trouve déséquilibré. Et si plusieurs des polarités sont déséquilibrées, la trame de la réalité commence à craquer de toutes parts. Par exemple, si la mort prenait le dessus sur la vie, l'univers se transformerait en une désolation infinie.

Les philosophes neutres présupposent l'existence de forces contraires, et affirment que l'univers disparaîtrait si certaines d'entre elles détruisaient complètement leur opposé (puisque rien ne saurait exister sans son contraire). Fort heureusement pour ces philosophes et pour toutes les formes de vie de l'univers, ce dernier semble s'autoréguler avec beaucoup d'efficacité ; si bien que seule l'apparitiond'une force suffisamment puissante pour créer un déséquilibre massif pourrait pousser les défenseurs de la neutralité à s'impliquer.

Ceux qui croient au chaos affirment que l'univers ne renferme aucun ordre, aucun équilibre préétabli. Ils le considèrent comme un ensemble de choses et d'événements dont certains sont reliés les uns aux autres, et d'autres pas. Ils affirment que ce sont les actions individuelles de chacun qui provoquent le changement, et qu'une chose se produisant dans un endroit donné ne saurait altérer la trame de la réalité jusqu'à l'autre bout de l'univers. Les philosophes chaotiques croient au pouvoir de l'individu sur sa destinée et soutiennent les nations anarchistes. Plus pragmatiques, les non-philosophes-reconnaissent le rôle que joue la société dans la protection des droits individuels. Les chaotiques sont assez difficiles à diriger en tant que groupe, puisqu'ils placent leurs propres désirs et besoins au-dessus de ceux de la société.