L'approche de la fabrication magique

Type(s) : Point de règle AD&D2
Source(s) Générique : Guide du maître (GdM)


La fabrication des objets magiques est un point de règles largement laissé à l'appréciation du MD. La façon dont vous déciderez de l'appréhender affectera grandement celle dont vos joueurs considéreront la magie dans votre campagne. On distingue deux attitudes de base par rapport à la création d'objets magiques : l'approche pratique et l'approche fantastique...

L'approche pratique part du principe que la fabrication d'objets magiques obéit aux règles du bon sens ; les matériaux nécessaires pour fabriquer un objet donné reflètent les propriétés de ce dernier, et les étapes requises sont assez clairement définies.

Par exemple, pour concocter une potion d'escalade, il peut falloir des poils de créatures grimpante (araignée géante...) ou des pattes d'insecte géant Une baguette d'éclairs peut devoir être taillée dans le cœur d'un chêne frappé par la foudre. La fabrication d'un objet causant la pétrification peut nécessiter des écailles de basilic, un serpent provenant de la chevelure d'une méduse, ou une plume de cockatrice vivante ; celle d'un objet causant la terreur, une goutte de sueur de dragon ou de la terre issue du tombeau d'un fantôme. Dans chaque cas, il existe une relation relativement daire entre les matériaux nécessaires et l'objet à fabriquer.

De plus, les composantes matérielles elles-mêmes sont physiques et compréhensibles. Elles sont parfois rares, mais ne peuvent être assemblées sans une préparation spéciale ; c'est-à-dire que le MD crée en quelque sorte une liste de commissions" dont le personnage doit se procurer les ingrédients en partant en aventure, afin de se procurer les créatures ou les choses nécessaires.

Cette méthode possède de nombreux avantages ; elle simplifie grandement la tâche du MD. Lorsque ce dernier se retrouve face à un joueur qui souhaite créer un objet magique bizarre, il n'a besoin que d'imaginer une liste de composantes qui lui semblent appropriées.

Dun autre côté, des joueurs intelligents risquent de tenter de tirer parti de cette méthode. Ils peuvent par exemple se dire que toutes les créatures rencontrées sont potentiellement intéressantes pour un magicien, et donc commencer à collecter du sang, des cheveux, des organes et autres - se transformant ainsi en bouchers ambulants, ce qui n'est pas du tout l'effet souhaité.

De plus, ils s'attendront à trouver des boutiques spécialisées dans les composantes magiques, auxquelles ils pourront à la fois vendre et acheter des ingrédients - ce qui effacera tout besoin de partir en aventure collecter ces derniers, et gâchera une partie du jeu de rôles impliqué dans la création d'un objet magique.

L'approche fantastique adopte une vision radicalement différente de la fabrication d'objets magiques, la, lorsqu'un joueur dit : "Je veux fabriquer une corde d'escalade," le MD lui fournit une liste d'ingrédients impossibles ; le joueur doit obligatoirement trouver un moyen de se procurer chacun d'entre eux.

Par exemple, dans le cas de la corde d'escalade, le MD peut exiger un écheveau de laine non filée, la voix d'une araignée et le courage d'un voleur audacieux. Le joueur doit alors deviner la signification de chaque ingrédient ou le moyen de le produire - ce qui requerra probablement encore davantage de sorts et de recherches.

Il peut résoudre son dilemme en trouvant un mouton magique dont la laine est si épaisse qu'elle n'a pas besoin d'être filée, en fabriquant une corde avec cette laine et en utilisant un sort pour faire dire quelques mots à une araignée ; puis en demandant à un voleur célèbre d'utiliser la corde au cours d'une mission dangereuse. Après quoi, il n'a plus qu'à lancer les sorts nécessaires pour lier les différents éléments et obtenir enfin sa corde d'escalade.

Les contes, mythes et légendes regorgent de tâches et d'ingrédients impossibles. Pour entraver le loup Fenris (créature de la mythologie nordique), les nains forgèrent une chaîne incassable à partir des racines d'une montagne, du nez d'un chat et de la respiration d'un poisson. D'autres héros ou héroïnes durent vider l'océan ou fabriquer une chemise sans coutures. Hercule dut accomplir 12 travaux que tous jugeaient infaisables. Cullhwch (personnage de légende celtique) dut produire du miel sans faire appel à des abeilles. Si les personnages-joueurs aspirent eux aussi à devenir des héros, ils pourront sûrement accomplir de tels exploits.

Cette approche fantastique peut apporter à votre campagne un élément fantastique important car les tâches impossibles font partie de l'enchantement d'un monde imaginaire. De plus, elle vous garantit que chaque ingrédient ou étape de fabrication constituera une aventure en soi. Les magiciens ne pourront pas se rendre à la boutique de magie du coin pour rassembler leurs ingrédients. Cette méthode vous permettra également de contrôler le temps nécessaire et de vider les poches des personnages de leur excédent monétaire éventuel.

D'un autre côté, les joueurs peuvent la percevoir comme difficile et trop restrictive, et se sentir découragés par vos exigences, vous devrez donc veiller à moduler la difficulté de la tâche par rapport à la puissance de l'objet à fabriquer.

Il est possible de combiner les deux approches, le pratique et le fantastique, en partant du principe que si chaque objet magique ne peut pas être fabriqué à partir d'organes de monstres ou d'essences de plantes rares, il ne requiert pas non plus nécessairement des ingrédients impossibles.

Les objets magiques simples et communs (potions de soins, parchemins portant des sorts, baguettes de détection, etc.) peuvent être fabriqués selon la première méthode. Dans ce cas, les personnages n'ont qu'à rassembler les ingrédients nécessaires et lancer les sorts d'enchantement appropriés. Par contre, les objets magiques puissants, exotiques et hautement utiles (épée +1, par exemple) peuvent être fabriqués selon la seconde méthode, qui met à l'épreuve les capacités du jeteur de sorts (en lui faisant résoudre des énigmes, par exemple).

La combinaison des deux approches peut même servir à expliquer pourquoi certains objets magiques sont si courants et d'autres si rares - on trouve des potions partout, mais mettre la main sur une masse de disruption est une autre paire de manches : la fabrication des potions ne requiert que des éléments simples ; celle d'une masse implique de soulever des montagnes.