Magie blanche

Ecole de magie

DD3.5

La Magie blanche, puissance sacrée ou magie du Bien est souvent plus subtile mais pas moins puissante que la sombre magie du Mal.

Cet article est un extrait des Chapitres Sacrés de DD3.5

magie exalte

SORTS DU BIEN

Si peu de sorts du Manuel des Joueurs relèvent du registre du Bien, le présent ouvrage en renferme un grand nombre. Ces sorts dépendent de ce registre pour l'une des raisons suivantes au moisis :.

• Ils font appel aux énergies aux dieux du Bien.

• Ils permettent de convoquer des prîtes et autres créatures bonnes, ou bien d'améliorer leur profil

• Ils s'accompagnent d'un sacrifice personnel visant à aider autrui.

• Ils inspirent l'espoir, la joie ou quelque autre émotion positive, ou permettent de soulager des souffrances.

 

Pour les prêtres, il existe un domaine du Bien, qui permet au personnage de lancer les sorts du Bien avec un bonus de +1 au niveau de lanceur de sorts.

 

QU'EST-CE QUE LE BIEN ?

Lancer un sort de guérison est-il un acte bon en soi ? Souvent, la réponse est oui, car il permet de soulager les souffrances d'une créature, , assurant ainsi la pérennité de la vie et le bien-être de l'intéressé. Cependant, les sorts de guérison ne présentent pas le registre du Bien car leur poids moral dépend en grande partie des circonstances. Par exemple, soigner un chevalier noir pour qu'il puisse coritinuer.de combattre un groupe représentant le Bien n'est assurément pas un acte bon. A l'instar de la plupart des sorts, la magie de guérison sert parfois à des fins maléfiques, ce qui explique qu'elle ne soit pas bonne. par essence. Au titre de règle optionnelle, considérez que les sorts suivants affichent le registre du Bien : espoir et protection d'autrui.

Pour ceux qui se consacrent aveuglément à la cause du Bien, il existe de grands pouvoirs qui prennent la forme de magie, sanctifiée. Cependant, pour obtenir des résultats à la hauteur de ses attentes, un lanceur de sorts qui manipule de telles es énergies doit consentir à de gros sacrifices.

Les utilisateurs de magie préparent leurs sorts sanctifiés de la même façon que leur sorts habituels. Ceux qui ne préparent pas leurs sorts (tel que bardes et ensorceleurs) ne peuvent les lancer, sauf s'ils disposent d'un parchemin. Enfin, les personnages d'alignement mauvais sont incapables d'user de tels sorts, même s'ils souhaitent les jeter par le biais d'objets magiques.

Un sort sanctifié ne présente habituellement pas de composantes matérielles. En fait, il tire sa puissance du sacrifice que .fait son utilisateur, celui-ci prenant la forme d'un affaiblissement temporaire ou d'une diminution permanente de caractéristique, voire d'une absorption d'énergie. La perte intervient au moment où la durée du sort prend fin (il n'existe £as de sort sanctifié permanent).

Quand un sort sanctifié prend la forme d'une potion, d'un parchemin, d'une. baguette ou de quelque autre objet magique, c'est l'utilisateur de l'objet qui fait le sacrifice, pas le créateur. Ce dernier S'acquitte néanmoins des coûts de création exprimés en PX et en PO. Ce sacrifice, mentionné dans la description de chaque sort, est payé à chaque utilisation de l'objet.

Les sorts sanctifiés ne sont propres à aucune classe. Ils ne sont ni divins ni profanes. Ainsi, un jeteur de sorts divins use d'une telle incantation en qualité de sort divin, alors qu'un jeteur de sorts profanes en use en qualité de sort profane.

Si magiciens, druides, rôdeurs et paladins sont capables de lancer des sorts sanctifiés, les prêtres ont quant à eux un avantage de taille : ils peuvent jeter des sorts sanctifiés spontanés, sur le même modèle que les sorts de soins.

Cliquez ici pour consulter la liste des sorts du Bien de DD3.5, dans notre interface des sorts de Donjons & Dragons