Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée page 373

Zombi des mers



CLIMAT/TERRAIN : Eau peu profonde Le zombi du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (édition révisée)
FRÉQUENCE : Rare
ORGANISATION : Meute
CYCLE D'ACTIVITÉ : Nocturne
RÉGIME ALIMENTAIRE : Charognard
INTELLIGENCE : Faible (5-7)
TRÉSOR : M
ALIGNEMENT : Chaotique mauvais

NOMBRE APPARAISSANT : 2-24
CLASSE D'ARMURE : 7
DÉPLACEMENT : 6, ng 12
DÉS DE VIE : 5
TAC0 : 15
NOMBRE D'ATTAQUES : 1
DÉGATS PAR ATTAQUE : 1-10
ATTAQUES SPÉCIALES : Puanteur, maladie, sorts
DÉFENSES SPÉCIALES : Voir ci-dessous
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : M (1,80 m de haut)
MORAL : Sans peur (20)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 420


Les zombis des mers (que l'on nomme également les engloutis) sont les cadavres animés d'humains morts en mer. Bien qu'ils soient semblables aux zombis normaux, ils disposent de leur libre arbitre, et l'on prétend qu'ils sont uniquement créés par la volonté de Nerull le Faucheur (ou tout autre dieu maléfique de votre campagne).

L'apparence des engloutis correspond bien à ce que leur nom laisse présager : ils ont l'air de cadavres humains restés trop longtemps sous l'eau. Leurs chairs sont boursouflées et décolorées, une eau immonde suinte par tous les pores de leur peau, leurs yeux ont souvent disparu et il n'est pas rare que leur langue sorte d'entre leurs lèvres noircies. Leur aspect est si hideux et l'odeur qui les environne si abominable que quiconque les aperçoit ou s'approche à moins de 6 m d'eux doit effectuer un jet de sauvegarde contre le poison. En cas d'échec, l'individu est pris d'une violente nausée, ce qui se traduit par un malus de -1 pour toucher et de +1 à la CA pendant 2-8 rounds. Sur la terre ferme, les engloutis se déplacent lentement et par à-coups. Par contre, dans l'eau, ils nagent à une vitesse terrifiante.

Ils haïssent les vivants et les attaquent dès qu'ils en ont l'occasion, faisant souvent preuve d'une ruse surprenante pour des zombis (ils sont, par exemple, capables de guider un navire vers les récifs et de se jeter sur les marins tentant d'échapper au bâtiment en train de sombrer). Ils se servent au maximum du fait qu'ils savent nager pour attaquer les bateaux qui ont jeté l'ancre. Ils grimpent alors sur le pont et tentent de jeter les hommes d'équipage par-dessus bord, sachant pertinemment qu'ils auront l'avantage une fois dans l'eau.

Les engloutis attaquent à l'aide d'armes de marins classiques : épées courtes, dagues, crochets, gourdins, cabillots d'amarrage, etc. Compte tenu de la force surnaturelle qui les anime, chacun de leurs coups délivre ldlO points de dégâts, et ce, quelle que soit l'arme utilisée. L'eau putride que leur corps gonflé libère en permanence véhicule de nombreuses bactéries, et leur adversaire a 10 % de chances de contracter une maladie grave chaque fois qu'ils le touchent. Leurs tissus remplis d'eau sont partiellement protégés du feu, qui ne leur inflige que des dégâts réduits de moitié. Par contre, les sorts à base d'électricité ou de froid voient leurs dégâts doublés. Les zombis des mers sont immunisés contre les illusions et les sorts de type sommeil, charme et immobilisation, ainsi que contre tous les autres sorts qui affectent l'esprit. Et comme ils ont été directement créés par un dieu, il est impossible de les repousser.

La plupart des humains qui deviennent des engloutis étaient prêtres de leur vivant, et ils conservent leurs pouvoirs sous leur nouvelle incarnation. Chacun de ces morts-vivants a donc 50 % de chances d'être un prêtre de niveau 1-4. Ses sorts lui viennent directement de Nerull (ou d'une autre divinité maléfique), et il s'agit exclusivement de sorts d'attaque.

Les zombis des mers se réunissent souvent pour former des meutes. Leur unique motivation est leur haine des vivants. Ils n'ont nul besoin de manger mais ont tendance à mastiquer bruyamment la chair de leurs victimes (sans doute pour terroriser plus encore leurs prochains adversaires). Sous l'eau, ils sont actifs en permanence et l'on peut les trouver dans l'épave des navires qu'ils ont fait sombrer. Ils ne peuvent aller sur la terre ferme que de nuit. Il est rare qu'ils s'éloignent de plus de 100 m du bord de l'eau, à moins que le vent ne pousse la brume vers l'intérieur des terres, auquel cas ils peuvent progresser aussi loin que va la nappe de brouillard. Mais ils doivent retourner dans l'eau dès que ce brouillard se replie, ou quand le soleil se prépare à se lever.

Les engloutis communiquent entre eux à l'aide d'une forme de télépathie. Ils n'ont nul besoin de prononcer le moindre mot, sauf pour jeter des sorts (et dans ce cas, leurs incantations susurrées à voix basse sont proprement incompréhensibles).