Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Ombre des Roches



CLIMAT/TERRAIN : Souterrain L'ombre des roches du Bestiaire monstrueux de AD&D2 édition révisée
FRÉQUENCE : Rare
ORGANISATION : Solitaire
CYCLE D'ACTIVITÉ : Tous
RÉGIME ALIMENTAIRE : Carnivore
INTELLIGENCE : Moyenne (8-10)
TRÉSOR : G
ALIGNEMENT : Chaotique mauvais

NOMBRE APPARAISSANT : 1-4
CLASSE D'ARMURE : 2
DÉPLACEMENT : 6, cr 1-6
DÉS DE VIE : 8+8
TAC0 : 11
NOMBRE D'ATTAQUES : 3
DÉGATS PAR ATTAQUE : 3-12/3-12/1-10
ATTAQUES SPÉCIALES : Confusion
DÉFENSES SPÉCIALES : Aucune
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : G (2,40 m de haut, 1,50 m de large)
MORAL : Élite (13)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 4.000


L'ombre des roches du Bestiaire monstrueux de AD&D2 deuxième édition

Les ombres des roches sont de puissants prédateurs souterrains dont les griffes dures comme le fer leur permettent de creuser des galeries à même la roche.

Ces monstres hauts de 2,40 m et larges de 1,50 m déploient une force colos­sale. Leurs muscles sont clairement visibles sous leur épaisse peau couverte de chitine, et leurs quatre pattes sont armées de griffes redoutables. Ils sont qua­siment dénués de cou, et leur tête s'orne d'une large mâchoire garnie de cen­taines de petites dents pointues et de mandibules de 20 cm de long pouvant sectionner chairs et os avec une désarmante facilité. Leurs quatre yeux ronds disposés à intervalle régulier sur leur front sont particulièrement déroutants. Les ombres des roches sont noires, avec quelques reflets jaune terne sur le poi­trail. Leurs yeux sont d'une noirceur extrême, et pas plus gros qu'une pièce de monnaie. Elles parlent un langage extrêmement particulier.

Combat :

Malgré leur aspect monstrueux, les ombres des roches sont des créa­tures intelligentes. Elles creusent généralement une galerie jusqu'à ce qu'elle se retrouve tout proche d'un tunnel existant, puis attendent après s'être ouvert une minuscule fissure leur permettant d'observer le passage principal. Dès qu'une proie potentielle fait son apparition, elles lui bondissent dessus en tra­versant la fine couche de terre ou de pierre subsistant entre les deux galeries. La victime subit un malus de -5 à son jet de surprise. L'ombre des roches peut également déclencher des éboulements ou attendre dans un cul-de-sac que sa proie vienne d'elle-même se jeter dans ses griffes.

La morsure de ce monstre est terrible, mais ses pattes griffues délivrent de plus importants dégâts encore. Et ce n'est pas tout, car il suffit de croiser le regard de l'ombre des roches pour être affecté par l'équivalent d'un sort de confusion (à moins de réussir son jet de sauvegarde contre les sorts). Les yeux extérieurs de la créature lui confèrent également une infravision portant à 30 m de distance.

Le seul véritable désavantage de l'ombre des roches est son manque de vitesse. Sa démarche est lourde et lente, et son équilibre pour le moins précai­re en terrain dégagé.

Ce monstre ne combat jusqu'à la mort que s'il n'a plus la moindre possibi­lité de fuite (ce qui serait extrêmement surprenant, compte tenu de sa faculté à creuser dans la pierre). S'il se retrouve en grand danger, il n'hésite par à ten­ter de provoquer un éboulement (25 % de chances d'y parvenir par round) pour profiter de la diversion pour s'enfuir en s'ouvrant une nouvelle galerie.


Habitat/Société :

Cette créature réside dans les entrailles de la terre. Elle s'in­troduit parfois dans un complexe souterrain pour y faire provision de nourriture (un peu à la manière du fourmilier s'attaquant à une fourmilière). Elle fait bombance jusqu'à s'en faire éclater la panse puis s'en va pendant quelque temps pour laisser son "garde-manger" s'approvisionner de nouveau.

L'ombre des roches est naturellement solitaire, et mâles et femelles se séparent toujours après l'accouplement. Un an plus tard, 1 à 3 petits naissent dans une "couveuse" que la femelle a creusée juste pour l'occasion. Deux ans plus tard, ils sont assez gros pour que leur mère les emmène chasser avec elle. C'est à ce moment que l'on peut avoir l'infortune de croiser plusieurs ombres des roches en même temps.

Personne n'a jamais eu la preuve que ces monstres ont fondé une société à part entière, mais certaines rumeurs font état de grandes cités, situées près du centre de la terre et dotées de milliers de tunnels partant en tous sens, tels les fils d'une toile d'araignée, pour relier ces repaires d'ombres des roches aux chaînes de montagnes et autres complexes souterrains plus proches de la surface. Si cette hypothèse venait à se vérifier, elle explique­rait pourquoi ces créatures semblent apparaître ou disparaître inexplicablement d'un jour à l'autre, et pourquoi elles font si attention à refermer leurs galeries derrière elles.


Écologie :

L'ombre des roches peut dévorer des ankhegs, de petits vers pourpres et d'autres monstres du même genre, mais rien ne vient remplacer pour elle le goût de la chair humaine.