Source : Bestiaire monstrueux, 2nde édition

Hyène (et Hyènodon)



  Hyène Hyènodon La hyene du Bestiaire monstrueux (AD&D2), deuxième édition
CLIMAT/TERRAIN : Plaines chaudes Plaines chaudes
FRÉQUENCE : Commun Très rare
ORGANISATION : Meute Meute
CYCLE D'ACTIVITÉ : Jour Jour
RÉGIME ALIMENTAIRE : Charognard Charognard
INTELLIGENCE : Animale (1) Animale (1)
TRÉSOR : Néant Néant
ALIGNEMENT : Neutre Neutre

NOMBRE APPARAISSANT : 2-12 (2d6) 2-8
CLASSE D'ARMURE : 7 7
DÉPLACEMENT : 12 12
DÉS DE VIE : 3 5
TAC0 : 17 15
NOMBRE D'ATTAQUES : 1 1
DÉGATS PAR ATTAQUE : 2-8 3-12
ATTAQUES SPÉCIALES : Néant Néant
DÉFENSES SPÉCIALES : Néant Néant
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Néant Néant
TAILLE : P (1m35 long) G (2m65 long)
MORAL : Agité (5-7) Moyen (8-10)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 65 175


hyaenodon

 

Version minimales de la hyène : DV 1-1; Tac0 20; 1 Attaques; Dégâts 1-2; 15 PX.

 

Les hyènes sont des canins parcourant les chaudes prairies et les plaines. Elles sont tout d'abord des charognards, mais peuvent chasser du petit gibier à l'occasion. Leurs puissantes mâchoires peuvent infliger de vilaines morsures.

Les hyènes sont des animaux très laids. A peu près de la taille d'un gros chien, le corps de la hyène est couvert d'une fourrure dorée ou d'un brun léger. Ses pattes, marques et ventre sont noirs. Les pattes de derrière de la hyène, plus courtes, peuvent donner l'impression qu'elle est maladroite, une illusion vite dissipée lorsqu'elle attaque.

Combat :

Les hyènes sont couardes. Elles n'attaquent pas à moins d'affronter une proie sans défense, surpassée en nombre ou déjà morte.

Les hyènes entourent leur victime et accourent vers elle de tous côtés, attaquant d'une puissante morsure qui inflige 2-8 (2d4) points de dégât Un jet naturel de 20 signifie que la hyène a coincé ses mâchoires sur sa victime. Une fois que cela se produit, l'animal ne laissera pas aller sa proie à moins de subir au moins 2 points de dégât. De telles morsures ne causent pas de dégât additionnel mais peuvent ralentir la victime par le seul poids supplémentaire de la hyène. Chaque hyène réduit la vitesse de la victime de 6. Le nombre de hyènes qui peuvent s'agripper à une victime est déterminé par la taille de cette dernière. Une seule hyène peut s'agripper à une minuscule créature, deux hyènes à une petite créature, et ainsi de suite.


Habitat / Société :

Les hyènes rôdent dans les grandes plaines des chaudes régions herbeuses. Elles sont souvent trouvées en vue d'un troupeau d'animaux tels les zèbres et les antilopes. Il y aura normalement 1 hyène pour chaque 10 animaux dans le troupeau qu'elles poursuivent. Une meute d'hyène typique peut vivre d'un animal de taille humaine pendant trois jours. Si elles attaquent et tuent un animal, elles le dévoreront jusqu'aux os très rapidement. Toute charogne qu'elles trouveront sera également consommée.

Les hyènes sont conscientes instinctivement de leur position dans la hiérarchie animale. Elles défèrent aux prédateurs plus gros ou plus puissants tels les lions. Si un tel animal tue une proie, les hyènes resteront assises entre 15 et 35 mètres et attendront patiemment le départ du prédateur. Si on leur en donne la chance, il existe des cas où elles tentent de s'emparer de portions de la carcasse et courent. Elles peuvent cependant menacer des prédateurs moins puissants ou nombreux.

Les hyènes voyagent en meutes composées d'un amalgame de mâles : adultes, de femelles et de petits. Bien qu'elles ne s'accouplent pas pour la vie, un couple restera ensemble pour de nombreuses années. Le mâle aide à prendre soin des 2-4 chiots qui naissent dans chaque portée. Les jeunes ne sont pas allaités mais nourris de nourriture régurgitée comme le font plusieurs espèces d'oiseaux.

Durant leur première année, les chiots n'attaquent pas. Ils ont 1 Dé de Vie et courent rechercher la protection de leurs parents et de la meute ' lorsqu'ils se sentent menacés. Durant leur deuxième année, les chiots obtiennent un Dé de Vie additionnel et commencent à chasser aux côtés des adultes. Les hyènes maturent en trois ans.

Ecologie :

Les hyènes sont des charognards qui se nourrissent de la charogne laissée pour compte par les autres prédateurs plus gros. Elles I sont également capables de prendre des proies vivantes bien qu'elles se I limitent d'ordinaire à la chasse des animaux trop petits, jeunes, vieux ou malades. Elles ont une solide constitution et des voies digestives qui leur j permettent de digérer sans danger de la viande avariée.

Les hyènes ne peuvent être récupérées pour en faire des produits I secondaires d'une quelconque utilité. Leurs peaux produisent un cuir de faible qualité, leur fourrure tend à perdre ses poils, et leur viande a un goût particulièrement rance. Les chiots sont difficile à apprivoiser et retournent à l'état sauvage à la maturité. On les retrouve parfois comme compagnons de peuplades nomades ou aborigènes.

Hyènodon

Bien que le hyènodon ressemble à une hyène géante, il n'y est cependant pas du tout relié. Il s'agit d'un survivant des temps préhistoriques, un prédateur ayant évolué dans une forme canine. Les marques d'un hyènodon sont semblables à ceux d'une hyène normale, bien que la fourrure soit le plus souvent d'un doré de lion. En dépit de leurs différences génétiques, ils sont très semblables aux hyènes de par leur comportement et leur tempérament. Les femelles hyènodon donnent naissance à des portées de 1 -4 chiots. Ceux-ci prennent 4 ans à atteindre la maturité.

Leur morsure fougueuse inflige de 3-12 (3d4) points de dégât et peut se coincer sur leur victime de la même manière que celle d'une hyène. Si le hyènodon y parvient, la vitesse de déplacement de sa victime s'en trouve diminuée de 12 pour chaque hyènodon qui s'y attache. Les meutes de hyènodons dévoreront une victime de la taille d'un homme par jour. En raison de leur grande taille, ils sont capables de foire leur proie d'éléphants, bœufs et buffles. Si la hyène géante subit au moins 2 points de dégât de feu, elle fuira immédiatement à la recherche d'un lieu tranquille où elle pourra soigner ses blessures.