Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Géant des brumes



CLIMAT/TERRAIN : Tempéré/Marécages, forêts très humides et régions côtières Le géant des brumes du Bestiaire monstrueux édition révisée
FRÉQUENCE : Très rare
ORGANISATION : Clan, groupe de chasse
CYCLE D'ACTIVITÉ : Diurne
RÉGIME ALIMENTAIRE : Omnivore
INTELLIGENCE : De moyenne à supérieure (8-14)
TRÉSOR : E, R
ALIGNEMENT : Neutre (bon ou mauvais, une chance sur deux)

NOMBRE APPARAISSANT : 1-4 (rarement 6)
CLASSE D'ARMURE : 1
DÉPLACEMENT : 15
DÉS DE VIE : 14
TAC0 : 7
NOMBRE D'ATTAQUES : 1
DÉGATS PAR ATTAQUE : 1-10 ou selon l'arme (3-18 + 11)
ATTAQUES SPÉCIALES : Jet de rochers (2-20)
DÉFENSES SPÉCIALES : Voir ci-dessous
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : E (7,20 m de haut)
MORAL : Élite (14)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 5.000


Ces cousins des géants des nuages sont plus discrets et intelligents que le folklore ne voudrait le faire croire.

Les géants des brumes sont de grands costauds aux cuisses aussi épaisses que deux troncs d'arbre et aux bras extrêmement musclés par les exercices et autres jeux (jets de rochers, etc.) qu'ils pratiquent couramment. Leur peau laiteuse leur permet naturellement de se fondre dans le brouillard (80% de chances) et inflige un malus de -5 au jet de surprise de leurs adversaires lorsqu'ils attaquent dans un tel environnement. Leurs cheveux sont longs et blanc-argent, et de nombreux poils poussent également sur leur poitrine ainsi que sur leurs bras et jambes. Ils sont par contre totalement imberbes. Ils préfèrent ne jamais porter d'armure et faire confiance à leur CA naturelle de 1. Il arrive néanmoins qu'ils revêtent parfois des armures de cuir (ce qui les rend CA -1) et au moins une de leurs bandes se caractérise par le fait que ses membres portent tous une armure confectionnée à base de peau de dragon blanc renforcée par des clous en argent. Ces géants adorent les énormes gourdins taillés dans des os immenses ou de grandes branches blanchies.

Ils parlent leur propre langage ainsi que le géant des nuages, et 30% d'entre eux sont également capables de converser en commun.

Combat :

Les géants des brumes chassent le plus souvent par groupes constitués de 2-5 mâles, mais ils se joignent parfois à un ou deux géants des nuages pour amener leur nombre total à 4-7. Ils préfèrent attaquer par surprise (en se servant le plus souvent de la présence de brouillard). Après avoir jeté quelques rochers pour éparpiller leurs ennemis, ils se ruent au combat et font usage de leur gourdin. Les adultes peuvent lancer leurs projectiles jusqu'à 240 m de distance (portée minimale : 3 m), et ces rochers infligent 2dl0 points de dégâts à toutes les créatures qu'ils touchent. Ils ont également 45 % de chances de se saisir de projectiles similaires jetés sur eux, mais ne peuvent attraper ceux qui sont lancés par des armes (flèches, carreaux ou encore pierres de fronde). Au corps à corps, ils se battent généralement à coups de poing ou de gourdin, bien que les histoires faisant état de géants des brumes armés d'épées ne manquent pas.

Leur ouïe et leur odorat extrêmement développés font que ces créatures sont rarement surprises (+2 à leurs jets de surprise). Les sentiers menant à leurs grottes ou campements de chasse sont souvent protégés par des pièges constitués de pierres ou troncs d'arbre en équilibre qu'un simple rocher jeté avec précision peut faire dévaler sur les intrus.


Habitat/Société :

les géants des brumes sont fiers de leur force physique et de leurs compétences martiales, et il n'est pas rare que leurs parties de chasse s'agrémentent de jeux au cours desquels chacun essaye de se montrer supérieur aux autres. Leur amusement favori se nomme "copsi". Les géants forment des équipes de deux, qui jettent des rochers de plus en plus gros à ceux qui se trouvent en face. La première paire à rater son lancer a perdu.

Les géants des brumes vivent dans des grottes, canyons ou bosquets touffus situés dans les coins les plus reculés des marécages, des forêts ou des régions côtières. Les hommes chassent presque toujours en groupe et n'hésitent pas pour cela à s'éloigner d'une vingtaine de kilomètres du repaire. Le plus souvent, un groupe est uniquement constitué de géants d'alignement identique.

Par tradition, un jeune géant des brumes ne peut se trouver de compagne tant qu'il n'a pas obtenu au moins un gros bijou en argent. La plupart du temps, les jeunes se regroupent et partent en quête pour ramener le ou les objets en question (ou suffisamment d'argent pour les acheter).

Ces géants ont du mal à se lier aux autres créatures, bien que celles qui ont un alignement similaire puissent les persuader de rendre des services contre paiement (en argent ou en marchandises). Ils ne refusent jamais d'échanger des marchandises ou des services contre de l'argent pur.

Il arrive parfois que des disputes d'ordre territorial naissent entre plusieurs groupes de géants des brumes, surtout lorsque la chasse est mauvaise. Quand ils ne sont pas trop graves, ces différends se règlent souvent par une partie de copsi ou de bras de fer. Quand ces géants se battent entre eux, ils le font le plus souvent à mains nues ou par rochers interposés. Il est très rare qu'ils se servent de leurs armes lors de tels affrontements.

Ces créatures aiment beaucoup la viande cuite et semblent avoir une préférence très marquée pour les créatures à sabots (cheval, bœuf, daim, élan et centaure). Ils font le plus souvent cuire leur repas en allumant un grand feu, puis en plantant les morceaux de viande sur leur épée, qu'ils utilisent alors comme une broche. Pour dessert, ils aiment bien les fruits et les sucreries, et sont très portés sur la boisson quand il y en a de disponible. Ils ne distillent pas leur propre alcool. Ils fument parfois du laiteron dans de grosses pipes en bois, mais il s'agit là d'une herbe trop amère pour qu'humains ou demi-humains puissent l'apprécier.


Écologie :

Compte tenu de leur taille, les géants des brumes doivent ingérer de grandes quantités de nourriture. Leur territoire de chasse doit donc être très vaste. Il n'est pas rare qu'ils marquent ses limites à l'aide de rochers ou de troncs d'arbre. Ils n'apprécient guère que quelqu'un s'amuse à déplacer ces repères (ou à les faire disparaître). Les sentiers qu'ils utilisent sont très difficiles à camoufler, aussi les protègent-ils à l'aide de pièges (chutes de pierres ou de troncs d'arbre) pour décourager les intrus.