Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Homme hybride



CLIMAT/TERRAIN : Tous L'homme-hybride du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (édition révisée)
FRÉQUENCE : Rare
ORGANISATION : Tribu
CYCLE D'ACTIVITÉ : Nocturne
RÉGIME ALIMENTAIRE : Omnivore
INTELLIGENCE : De faible à moyenne (5-10)
TRÉSOR : [C]
ALIGNEMENT : Loyal Neutre

NOMBRE APPARAISSANT : 1-100
CLASSE D'ARMURE : 5
DÉPLACEMENT : 9
DÉS DE VIE : 1-4
TAC0 : 1 ou 2 DV : 19
3 ou 4 DV : 17
NOMBRE D'ATTAQUES : 1
DÉGATS PAR ATTAQUE : 1-4 (1 DV), 1-6 (2 DV), 1-8DV) ou selon l'arme employée
ATTAQUES SPÉCIALES : Aucune
DÉFENSES SPÉCIALES : Camouflage, mimétisme
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : M (1,50 m à 2,10 m de haut)
MORAL : Stable (12)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 1 DV : 35
2 DV : 65
3 DV : 120
4 DV : 175
Chef: 270


L'homme-hybride du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (deuxième édition)

Les hommes hybrides présentent les traits de diverses espèces : humains, orques, gnolls, ogres, nains, hobgobelins, elfes, gobelours, batrasogs et bien d'autres encore. Leur apparence peut énormément varier mais combine généralement les aspects les plus repoussants de leurs "parents". Ils sont le plus souvent revêtus de haillons sales ; honteux de leur apparence, ils tentent de la cacher, surtout lorsqu'ils ont affaire à des étrangers. Ils n'ont pas de langage propre mais parlent une forme simplifiée de commun à laquelle ils ont ajouté des grognements, sifflements et autres gestes. Leur nom ressemble souvent au cri de tel ou tel animal.

Combat :

Les hommes hybrides possèdent trois talents très particuliers aux­quels ils doivent leur survie : le mimétisme, le vol à la tire et le camouflage. Le mimétisme leur permet de reproduire les sons émis par tous les monstres ou animaux qu'ils ont pu rencontrer, à l'exception des attaques spéciales (le cri de l'esprit hurleur, par exemple).

Le vol à la tire leur offre la possibilité de se procurer des objets qu'ils n'auraient sinon aucune chance d'obtenir (comme le talent de voleur, 70% de chances).

Enfin, le don du camouflage leur permet de se cacher (et de cacher leurs objets) avec une grande efficacité. Leur chance de ne pas être détectés se monte au minimum à 80 %, à condition qu'ils bénéficient d'au moins 1 tour pour se cacher. Par la suite, chaque tour supplémentaire passé à se camoufler augmente la chance de succès de 1 %, jusqu'à un maximum de 95 % (au bout de 16 tours). Personnes ou objets camouflés avec succès ne peuvent être détectés que si on les touche directement (ou, pour ce qui est des créatures, si elles se déplacent). Un bâtiment camouflé est le plus souvent impossible à remarquer au-delà de 15 m de distance (cela peut varier en fonction de la taille de l'édifi­ce et du type de structure).

Les hommes hybrides se battent généralement à l'aide de gourdins ou d'épées, mais 5 % sont armés de sarbacanes et de fléchettes empoisonnées (poison mortel ou paralysant).


Habitat/Société :

Lorsque l'on rencontre un minimum de 10 hommes hybrides, il y en a au moins un à 2 DV. De la même manière, il y en a un à 3 DV s'ils sont 30 et un à 4 DV s'ils sont 40. S'ils ne sont pas les esclaves d'une autre race, leur communauté est généralement dirigée par un chef (CA 4, DP 12, DV 5, Dgt ldl2, +1 pour toucher) protégé par cinq gardes du corps (4 DV).

En raison de leur apparence, les hommes hybrides sont rarement les bienvenus dans une communauté d'alignement générale bon ou loyal, et les créa­tures chaotiques ou maléfiques les réduisent fréquemment en esclavage. Ces êtres sont donc le plus souvent des serfs, qui triment sang et eau pour leurs maîtres malfaisants, ou encore des réfugiés vivant dans des ruines abandonnées. Lorsqu'ils sont esclaves, ils ne se révoltent jamais, se contentant d'at­tendre le jour où leur maître sera détruit par des puissances extérieures. Ils préfèrent vivre au jour le jour.

La survie est l'objectif ultime pour tout homme hybride, aussi le qualificatif "le Survivant" sera-t-il chez eux bien plus valorisant que "le Grand". Ils considèrent que la patience est une plus grande vertu que la connaissance des secrets de la guerre. Ils ne se résolvent à la violence que pour se défendre ou (dans le cas des esclaves) sur ordre direct de leur maître. Par contre, ils n'hésitent pas à tuer toute créature qui, selon eux, menace leur communauté. Ils préfèrent éviter tout contact avec les autres races, sauf en temps de grand besoin, où ils tentent de voler tout ce qui leur manque (nourriture, outils, etc.).

Les hommes hybrides libres élèvent du bétail et font pousser des fruits et des légumes. L'art, la musique et la littérature tiennent une place très importante au sein de leur société. Leurs chants sont une étrange cacophonie de cris d'animaux mêlés à des gémissements d'une immense tristesse. Certains sages les trouvent d'une grande beauté, mais ils constituent une minorité.


Écologie :

Les hommes hybrides sont omnivores, mais leur dentition se prête plus particulièrement à une alimentation Carnivore. Ceux qui sont libres vivent entre 25 et 35 ans, tandis que les indenturés dépassent rarement les 15 ou 20 printemps. Le taux de mortalité infantile est extrêmement élevé chez ces créatures, dont les plus farouches ennemis sont les tribus d'humanoïdes nomades qui les traquent pour le plaisir.