Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Hippogriffe



CLIMAT/TERRAIN : Régions faiblement peuplées L'Hippogriffe du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (édition révisée)
FRÉQUENCE : Rare
ORGANISATION : Troupeau
CYCLE D'ACTIVITÉ : Diurne
RÉGIME ALIMENTAIRE : Omnivore
INTELLIGENCE : Partielle (2-4)
TRÉSOR : Qx5
ALIGNEMENT : Neutre

NOMBRE APPARAISSANT : 2-16
CLASSE D'ARMURE : 5
DÉPLACEMENT : 18, vl 36 (C,D)
DÉS DE VIE : 3+3
TAC0 : 17
NOMBRE D'ATTAQUES : 3
DÉGATS PAR ATTAQUE : 1-6/1-6/1-10
ATTAQUES SPÉCIALES : Aucune
DÉFENSES SPÉCIALES : Aucune
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : G (3 m de long)
MORAL : Moyen (9)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 175


L'hippogriffe du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (deuxième édition)

Les hippogriffes sont des monstres volants pouvant servir de montures. Ils sont à la fois gibier et prédateurs.

Cette créature est un hybride entre l'aigle et le cheval. Ses oreilles, son cou, sa crinière, son torse et ses pattes arrière sont ceux d'un équidé, tandis que sa tête, ses ailes et ses pattes avant sont celles d'un aigle. Elle a la corpulence d'un cheval de selle. Elle est parfois de couleur brune, rousse ou fauve. Ses plumes sont souvent d'un ton différent de son poil, tandis que son bec est ivoirin ou jaune d'or.

Combat :

L'hippogriffe se bat à l'aide de ses serres et de son bec. Chacune de ses serres délivre ld6 points de dégâts, contre ldl0 pour le bec.


Habitat/Société :

Les hippogriffes préfèrent vivre dans les secteurs désolés des régions tempérées et tropicales. Ils apprécient tout particulièrement les collines, qui leur permettent de décoller rapidement.
Ils sont dotés d'un instinct de territoire extrêmement développé. Leur domaine, où ils chassent et broutent, couvre une superficie pouvant aller de 25 km à 100 km2 (ld4 x 25). C’est au cœur de ce territoire que se trouve le site naturellement protégé où ils ont fait leur nid, où restent les petits. Le nid (ou l'aire) est gardé en permanence.

Un troupeau d'hippogriffes est généralement constitué de 1-3 mâles, autant de femelles, et le reste de petits. Il y a 25 % de chances qu'une ou plusieurs femelles soient grosses. La gestation dure 10 mois et se déroule en deux temps. Au bout de 5 mois, la femelle pond un œuf qui éclot 5 mois plus tard. Les jumeaux sont extrêmement rares (1 % des naissances).

Le petit est capable de marcher dès qu'il sort de l'œuf, mais son bec reste mou pendant les deux premières semaines de son existence, ce qui lui permet de téter sa mère. Lorsque le bec durcit, le petit se nourrit en avalant les aliments broyés et régurgités par sa mère. Il apprend à manger de la viande non broyée à l'âge de 4 mois. Très jeune, il reste encore peu efficace au combat (-4 pour toucher et aux dégâts). Deux mois plus tard, il est capable de voler (DP 18, CM D) et ne combat plus qu'à -2. Dès l'âge de 1 an, les petits ont les mêmes caractéristiques que les adultes. Ils devront toutefois attendre d'avoir 3 ans pour pouvoir se reproduire.

Les hippogriffes sauvages sont omnivores. Ils se nourrissent de ce qu'ils trouvent, fruits, légumes ou animaux. Ils peuvent s'attaquer à des proies de grande taille, comme des bisons, mais ne prennent jamais les carnivores pour cible. Les humanoïdes constituent l'unique exception à cette règle. En l'absence de viande, les hippogriffes peuvent en effet se résoudre à attaquer de petits groupes d'humanoïdes. Les dépouilles sont ensuite ramenées à l'aire pour nourrir l'ensemble du troupeau (c'est à ce moment que les possessions des victimes peuvent se répandre dans le nid). Les hippogriffes sont particulièrement propres ; ils se débarrassent des carcasses et des autres déchets en les amenant plus bas, à flanc de colline. Ils aiment bien les objets clairs et brillants, comme le verre, le cristal et les pierres précieuses. Il arrive ainsi parfois que les mâles s'en constituent une petite réserve qu'ils cachent dans la broussaille et qu'ils ressortent à la saison des amours pour éblouir les femelles. 


Écologie :

L'hippogriffe est un cousin assez rapproché du griffon. Tout comme le second est le résultat d'un croisement entre un aigle et un lion, le premier descend de l'aigle et du cheval. Il n'est pas impossible que les hippogriffes aient été créés pour servir de gibier aux griffons. Mais heureusement pour les hippogriffes, les armes naturelles dont ils disposent leur permettent de se défendre. Les griffons leur sont toutefois supérieurs, et les hippogriffes vivent en groupes plus importants pour rétablir l'équilibre.

Ces créatures sont également de la même famille que les pégases, mais ceux-ci les évitent car les hippogriffes mangent de la viande.

Les hippogriffes sont d'excellentes montures volantes. Leur manœuvrabilité chute de 1 classe lorsqu'ils sont montés (D au lieu de C), mais leur vitesse de pointe n'en souffre aucunement. De plus, ils sont moins enclins que les grif­fons à dévorer leur cavalier.

Lorsqu'un hippogriffe est capturé très jeune (avant l'âge de 4 mois), il peut être domestiqué et dressé pour servir de monture. Un œuf d'hippogriffe se vend 1.000 pièces d'or, tandis qu'un petit vaut entre 2.000 et 3.000 po. À cet âge peu avancé, il faut sans doute lui apprendre à voler. Les hippogriffes domestiqués savent reconnaître les espèces qu'ils peuvent dévorer, les humanoïdes ne faisant pas partie de la liste. Ces créatures ont énormément de mal à se reproduire en captivité, pour la bonne et simple raison, une fois encore, qu'elles sont capturées trop jeunes. Il est parfois possible de convaincre des hippogriffes adultes de transporter des cavaliers en échange de nourriture et de protection.