Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Harpie



CLIMAT/TERRAIN : Terres ou côte tropicales ou tempérées La harpie du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (édition révisée)
FRÉQUENCE : Rare
ORGANISATION : Vol
CYCLE D'ACTIVITÉ : Diurne
RÉGIME ALIMENTAIRE : Carnivore
INTELLIGENCE : Faible (5-7)
TRÉSOR : R [C]
ALIGNEMENT : Chaotique mauvais

NOMBRE APPARAISSANT : 2-12
CLASSE D'ARMURE : 7
DÉPLACEMENT : 6, Vl 15 [C]
DÉS DE VIE : 7
TAC0 : 13
NOMBRE D'ATTAQUES : 3
DÉGATS PAR ATTAQUE : 1-3/1-3/1-6 ou 1-3/1-3/arme
ATTAQUES SPÉCIALES : Charme
DÉFENSES SPÉCIALES : Aucune
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : M (1m80)
MORAL : Elite (13-14)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 975


La harpie du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (deuxième édition)

Ces monstres apparaissent toujours au cœur de la nuit hurlant et grognant. Par dizaines, par centaines, même, ces humanoïdes nus et bossus vont sans cesse de l'avant, l'ëpée courte à la main. Ils ignorent totalement la stratégie et cherchent à noyer l'ennemi sous leur nombre sans faire aucun cas de leur survie personnelle. Enfin, une fois qu'ils sont repus de tueries, ils repartent dans la nuit.

La première impression que l'on a en apercevant ces monstres est que l'on se trouve face à une marée frétillante de chairs et de poils. En fait, il s'agit d'une multitude de petits humanoïdes à la peau pâle et dotés d'oreilles de chien. Une ample crinière noire entoure leur hideux faciès et un édat de folie brille dans leurs yeux sombres. Ils avancent d'une démarche simiesque sans jamais lâcher l'épée courte qui pend au bout de l'un de leurs bras démesurés.

Combat :

Le chant des harpies a la faculté de charmer tous les humains et demi-humains qui l'entendent (à l'exception des elfes, qui sont immunisés contre cet effet). Tous ceux qui ratent leur jet de sauvegarde contre les sorts se dirigent aussi rapidement que possible en direction de la harpie, puis restent immobiles tandis que le monstre les tue à son rythme. Ce charme perdure tant que la harpie continue de chanter, ce qu'elle peut faire même si elle se bat au corps à corps.

Il est impossible de résister à un chant de harpie en se bouchant les oreilles au moment où on l'entend car l'enchantement prend effet dès la première note. Par contre, on peut s'immuniser contre cette attaque en ayant pris ses précautions à l'avance (en se bouchant les oreilles à l'aide de cire, etc.). De plus, tout personnage réussissant son jet de sauvegarde est immunisé contre le chant de ce groupe de harpies.

Lorsqu'elles sont obligées de combattre, ces créatures peuvent le faire avec une grande efficacité en mordant leurs adversaires et en les lacérant de leurs serres. Environ 50 % des harpies utilisent une arme plutôt que leur morsure. La plupart du temps, il s'agit d'un gros tibia faisant office de gourdin (ld8 points de dégâts), qu'elles manient avec une surprenante efficacité.

Dès qu'elle touche une victime charmée, la harpie l'oblige à effectuer un nouveau jet de sauvegarde contre les sorts. S'il est raté, le personnage reste fasciné par le monstre pendant 21-30 heures (20+ldl0), et ce, sans que la harpie ait besoin de continuer de chanter.

Les deux charmes cessent de faire effet à l'instant où la harpie meurt.


Habitat/Société :

Les harpies s'installent sur les côtes, à proximités des routes très fréquentées et des voies empruntées par les navires. Elles utilisent leur chant pour attirer les voyageurs, qu'elles dévorent.

Leur repaire est le plus souvent une grotte peu profonde qu'elles salissent à un point tel que tous les animaux refusent bien vite de s'en approcher. C'est là qu'elles se trouvent, à moins qu'elles soient en train de chasser. Elles ramènent souvent leurs victimes dans leur antre avant de se mettre à table.

Elles n'ont que faire des trésors, à l'exception des quelques babioles brillantes qu'elles fixent parfois à leurs hardes. L'or, les armes et autres se trou­vent souvent au beau milieu des ossements et des immondices qui parsèment le sol de la grotte. Si elles y sont installées depuis longtemps, il peut parfois y avoir une couche de plusieurs dizaines de centimètres de saletés en certains endroits.

Un repaire de harpies accueille généralement une demi-douzaine de ces monstres. Personne n'a jamais vu de harpie mâle, et il semblerait que ces créa­tures soient capables de se reproduire à volonté en pondant un œuf tous les 2 ans. Elles ne s'occupent nullement de leurs petits, qui se débrouillent en ron­geant les carcasses et en chassant les insectes et autre vermine qui ont le mal­heur de pénétrer dans la grotte, jusqu'à avoir atteint l'âge qui leur permet de chanter, et donc de se joindre à leurs congénères.

Ces monstres sont incapables d'établir la moindre hiérarchie sociale et se querellent fréquemment pour savoir qui aura la meilleure part du festin (ou encore à quel moment l'heure est venue de cesser de torturer le repas pour commencer à le manger). Il arrive parfois que ces différends finissent mal et que la ou les gagnantes se retrouvent avec de la harpie au menu.

Elles acceptent parfois de coopérer avec d'autres humanoïdes aux visées maléfiques.


Écologie :

Les harpies traquent tout ce qui peut se manger et restent dans la région qu'elles occupent tant que la nourriture ne vient pas à manquer. Elles sont craintes et méprisées par toutes les créatures qui sont plus faibles qu'elles.

Dotées d'un appétit vorace, elles sont capables de manger n'importe quel type de viande. Elles adorent torturer leurs proies et tuent souvent pour le plaisir. Lorsqu'elles ont suffisamment à manger, elles laissent tout simplement pourrir la dépouille de leurs dernières victimes en date.

Personne ne sait exactement combien de temps elles vivent. On évoque tou­tefois le nombre de 50 ans.