Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Grouilleux



CLIMAT/TERRAIN : Forêts tempérées ou souterrains Le Grouilleux du Bestiaire monstrueux de AD&D2 (édition révisée)
FRÉQUENCE : Peu commun
ORGANISATION : Troupeau
CYCLE D'ACTIVITÉ : Nocturne (voir ci-dessous)
RÉGIME ALIMENTAIRE : Carnivore
INTELLIGENCE : Faible (5-7)
TRÉSOR : Aucun
ALIGNEMENT : Chaotique neutre

NOMBRE APPARAISSANT : 40-400
CLASSE D'ARMURE : 10
DÉPLACEMENT : 9
DÉS DE VIE : 1
TAC0 : 19
NOMBRE D'ATTAQUES : 1
DÉGATS PAR ATTAQUE : 1-6 (épée courte)
ATTAQUES SPÉCIALES : Assaut de masse
DÉFENSES SPÉCIALES : Aucune
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Aucune
TAILLE : De P à M (1m20 à 1m50 de haut)
MORAL : Agité (5)
POINTS D'EXPÉRIENCE : 35


Ces monstres apparaissent toujours au cœur de la nuit hurlant et grognant. Par dizaines, par centaines, même, ces humanoïdes nus et bossus vont sans cesse de l'avant, l'épée courte à la main. Ils ignorent totalement la stratégie et cherchent à noyer l'ennemi sous leur nombre sans faire aucun cas de leur survie personnelle. Enfin, une fois qu'ils sont repus de tueries, ils repartent dans la nuit.

La première impression que l'on a en apercevant ces monstres est que l'on se trouve face à une marée frétillante de chairs et de poils. En fait, il s'agit d'une multitude de petits humanoïdes à la peau pâle et dotés d'oreilles de chien. Une ample crinière noire entoure leur hideux faciès et un éclat de folie brille dans leurs yeux sombres. Ils avancent d'une démarche simiesque sans jamais lâcher l'épée courte qui pend au bout de l'un de leurs bras démesurés.

Combat :

Les  grouilleux attaquent toujours en nombre et sans cesser de pousser cris, grognements et autres hurlements de folie qui obligent même les plus braves de leurs adversaires à effectuer un test de moral à chaque round. Les PJ ne l'exécutent quant à eux, que si cela est approprié compte tenu de leur personnage. Cette meute hurlante est totalement désorganisée et se dirige au hasard.

Les grouilleux se battent à l'aide d'épées courtes, mais ils savent tellement bien les manier qu'ils bénéficient d'un bonus de +1 pour toucher. Ils ne cessent d'avancer que le temps nécessaire pour tuer ce qui se trouve sur leur chemin, puis reprennent leur route sans que leur soif de sang ait été en rien étanchée. Ils combattent toujours jusqu'à la mort. Ils dévorent tout ce qu'ils croisent de comestible (même ceux d'entre eux qui se sont fait tuer) et les objets ou bâtiments non fortifiés qui se trouvent sur leur chemin sont quasi systématiquement détruits.

Le seul espoir de survie lorsque l'on se trouve face à une meute de grouilleux consiste à utiliser au maximum l'unique faiblesse de ces créatures : leur peur de la lumière vive. Ils résident généralement sous terre ou dans les forêts les plus denses qui soient et s'ils craignent toute forme de lumière, le feu leur cause une peur panique. Leur nombre viendrait rapidement à bout d'un individu agitant une torche, mais un grand feu ou une lumière magique suffisamment brillante peut les retenir ou détourner leur progression.


Habitat/Société :

Il est difficile de concevoir que les grouilleux puissent avoir une structure sociale. En fait on peut la comparer à celle des lemmings qui se jettent dans la mer ou des piranhas lorsqu'ils entrent en frénésie. Il n'y a aucune logique, aucune organisation, et l'individu n'existe pas en tant que tel. Bien qu'ils possèdent manifestement un mode de communication primitif, ils n'ont pas de langage propre.

Les grouilleux qui se déplacent à la surface finissent toujours par s'enfouir dans le sol lorsque l'aube arrive, et c'est pendant la journée qu'ils sont le plus vulnérables. La destruction qu'ils sèment sur leur passage est telle que n'importe qui peut les suivre sans problème, et il est aisé de les tuer tandis qu'ils dorment juste sous la surface du sol. Lorsqu'on les déterre, ils se réveillent mais restent des proies extrêmement faciles car ils cherchent avant tout à se protéger de la lumière. Ceux qui vivent sous terre se creusent parfois également un trou lorsque vient l'heure de se reposer, à moins qu'ils ne se laissent tomber là où ils se trouvent et qu'ils ne s'endorment en position fœtale. Ils se réveillent tous ensemble, d'un seul coup, et jaillissent du sol en poussant leurs cris terrifiants.

Lorsqu'on les capture, ils sont incapables de s'exprimer autrement que dans leur incompréhensible baragouinage, et ils n'ont aucun désir de communiquer avec d'autres créatures (ils n'en auraient de toute manière pas la patience même s'ils le voulaient). Tout le temps qu'ils sont enfermés, ils ne cessent de se jeter contre les barreaux de leur cage (ou contre les portes ou les fenêtres qui les retiennent) dans l'espoir de parvenir à s'enfuir.

Personne ne sait vraiment quand ni comment ils se reproduisent.


Écologie :

Chaque fois que l'on a cherché à remonter jusqu'au repaire d'une meute de grouilleux, la piste a fini par se perdre dans un dédale de galeries souterraines.

Ces monstres ont besoin d'une incroyable quantité de nourriture, vu qu'ils dépensent énormément d'énergie au cours de leurs périodes de veille. Ils dévorent donc jusqu'à la dernière miette tout ce qui tombe en travers de leur chemin. Leur fourrure est souvent pleine de poux et autres parasites qu'ils ramassent en dormant. D'une incroyable saleté, elle est sans aucune valeur Les grouilleux ne possèdent pas le moindre trésor. Leur épée est on ne peut plus banale et bien souvent émoussée. En résumé, il s'agit là de créatures qui ne servent personne et qui n'ont d'autre but que de semer la mort partout où elles passent dès que vient la nuit.