Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Dracoliche



CLIMAT/TERRAIN : Voir ci-dessous Le Dracoliche du Bestiaire monstrueux édition révisée
FRÉQUENCE : Très rare
ORGANISATION : Solitaire
CYCLE D'ACTIVITÉ : Nocturne
RÉGIME ALIMENTAIRE : Spécial
INTELLIGENCE : Comme le dragon d'origine
TRÉSOR : B, H, S, T
ALIGNEMENT : Mauvais (loyal, neutre ou chaotique)

NOMBRE APPARAISSANT : 1
CLASSE D'ARMURE : Voir ci-dessous
DÉPLACEMENT : Comme le dragon d'origine
DÉS DE VIE : Comme le dragon d'origine
TAC0 : Comme le dragon d'origine
NOMBRE D'ATTAQUES : Comme le dragon d'origine
DÉGATS PAR ATTAQUE : Voir ci-dessous
ATTAQUES SPÉCIALES : Souffle et sorts
DÉFENSES SPÉCIALES : Immunités et sorts
RÉSISTANCE Á LA MAGIE : Voir ci-dessous
TAILLE : Comme le dragon d'origine
MORAL : Voir ci-dessous
POINTS D'EXPÉRIENCE : Comme le dragon d'origine, plus 1.000 (la dracoliche et le calice maudit doivent tous deux être détruits)


Une dracoliche est un mort-vivant créé en transformant un dragon maléfique par des moyens magiques. C'est le très secret Culte du Dragon qui accomplit les puissants rituels permettant de donner la vie à des dracoliches, mais d'autres l'auraient également imité, s'il faut en croire la rumeur.

Une dracoliche peut être créée à partir de n'importe quel dragon maléfique (ou créature apparentée aux dragons). Elle conserve l'apparence de son ancien corps, sauf que ses yeux ne sont plus que deux points de lumière flottant dans des orbites noires et vides. Certaines dracoliches sont partiellement ou totalement squelettiques.

Les sens de ce monstre sont les mêmes que ceux qu'il possédait de son vivant. Il peut détecter les objets et les créatures invisibles (y compris ceux ou celles qui sont cachés par l'obscurité ou un épais brouillard) dans un rayon de 3 m par catégorie d'âge et possède également la faculté de dairaudience, mais uniquement dans son antre et dans un rayon de 6 m par catégorie d'âge. La dracoliche parle les langues de sa forme d'origine, et elle est également capable d'utiliser le souffle et les sorts qui étaient siens de son vivant. Chacun de ses sorts peut être utilisé 1 fois par jour, et son souffle 1 fois tous les 3 rounds. L’intelligence et la mémoire du dragon ne sont en rien altérées par la transformation en dracoliche.

Combat :

Les dracoliches sont immunisées contre le froid (naturel ou magique), l'électricité, la folie, les symboles, les sorts de type charme, sommeil, immobilisation et métamorphose ainsi que tous ceux entraînant la mort (sort de mort) ou un affaiblissement physique (rayon débilitant). Elles ne peuvent être empoisonnées ni paralysées et ne sont pas non plus affectées par le vade rétro des prêtres. Elles possèdent la même résistance à la magie que le dragon qui leur a donné naissance, en plus de quoi seuls les sorts jetés par des mages ou prêtres de niveau 6 ou plus (ou des créatures ayant au moins 6 dés de vie) peuvent les affecter.

La classe d'armure est égale à celle que le dragon avait de son vivant, améliorée de 2 points (par exemple, une dracoliche créée à partir d'un dragon CA -1 sera CA -3). Compte tenu de la nature magique de ce monstre, les attaques physiques délivrées à son encontre ne bénéficient d'aucun bonus, ni pour toucher ni aux dégâts (une épée longue +2 maniée avec 18(00) de Force ne lui inflige donc que ldl2 points de dégâts par coup).Juste après sa création, la dracoliche a le même score de moral que sa forme originale. Mais après sa première victoire au combat, ce score passe à Sans peur (minimum 19), du moins si le ou les adversaires vaincus avaient un total de dés de vie supérieur ou égal au nombre de DV de la dracoliche (par exemple, si cette dernière a 16 DV, elle doit vaincre un ou plusieurs ennemis ayant au moins 16 DV à eux tous pour bénéficier de cette augmentation du moral). Une fois que la dracoliche a vu son moral passer à Sans peur, elle devient également immunisée contre tous les sorts de type terreur.La dracoliche est plus apte à terroriser ses ennemis qu'elle ne l'était de son vivant. Ses adversaires encourent un malus de -1 au jet de sauvegarde contre l'aura de terreur du monstre, en plus de toutes les pénalités éventuellement existantes. Son regard peut également paralyser toute créature distante de moins de 20 m ayant raté son jet de sauvegarde (les personnages de niveau 6 ou plus bénéficient d'un bonus de +3 à ce jet, de même que les créatures ayant au moins 6 DV). Quiconque réussit son jet de sauvegarde est, à tout jamais, immunisé contre les effets du regard de cette dracoliche bien spécifique.

La dracoliche attaque comme elle le faisait de son vivant. Par exemple, si elle était autrefois un dragon vert, elle ira au contact d'adversaires plus faibles qu'elle mais restera à distance et utilisera son souffle et ses sorts contre un ennemi plus puissant.

Toutes les attaques physiques de la dracoliche (comme ses coups de pattes et sa morsure) infligent autant de dégâts que de son vivant, plus 2d8 points causés par un froid intense. Quiconque est touché par ce monstre doit également réussir un jet de sauvegarde contre la paralysie sous peine de se retrouver immobilisé pendant 2d6 rounds. Une immunité contre le froid (temporaire ou permanente) protège des dégâts supplémentaires, mais pas de la paralysie. Les dracoliches ne peuvent absorber de niveaux d'énergie.

Toutes ces créatures peuvent utiliser leur faculté de contrôle des morts-vivants (comme la potion du même nom) 1 fois tous les 3 jours, sur tous les morts- vivants se trouvant à moins de 60 m d'elles. Les morts-vivants subissent une pénalité de -3 au jet de sauvegarde contre ce pouvoir. Si la dracoliche s'empare d'eux, elle ne les contrôle que pendant 1 tour. Tant que cette faculté fait effet, la dracoliche ne peut jeter aucun sort. Si elle l'interrompt avant que le tour entier soit écoulé, elle devra tout de même attendre 72 h avant de pouvoir l’utiliser de nouveau.

Lorsqu'une dracoliche ou proto-dracoliche se fait tuer, son esprit va aussitôt trouver refuge dans son calice maudit. S'il ne dispose d'aucun corps à animer, l'esprit reste enfermé dans le calice jusqu'au jour où un cadavre entre dans son rayon d'action. Une dracoliche est extrêmement difficile à détruire. Elle peut être annihilée sans rémission possible par un sort tel que mot de pouvoir mortel. Si son esprit a fui dans le calice, il suffit de détruire ce dernier pour qu'elle meure également (à condition qu'elle ne dispose d'aucun corps proche à animer). De la même manière, une dracoliche encore en vie ne pourra plus jamais changer de corps si son calice a été anéanti. Personne ne sait ce qui arrive à un esprit désincarné de dracoliche (c'est-à-dire l'âme d'un monstre dont on a détruit le corps et le calice), mais l'on pense généralement qu'il finit dans les plans inférieurs.


Habitat/Société :

Le dracoliche du Bestiaire monstrueux (deuxième édition)La création d'une dracoliche nécessite de suivre une procédure éminemment complexe permettant de transformer par magie un dragon malfaisant en entité morte-vivante. Ce rituel est principalement pratiqué par le Culte du Dragon. Il nécessite le plus souvent un effort commun du dragon et de*: magiciens impliqués, mais certains mages particulièrement puissants sont déjà parvenus à transformer un dragon maléfique contre sa volonté.

Tous les dragons d'alignement mauvais peuvent potentiellement devenir des dracoliches, mais l'on préfère le plus souvent que les candidats soient au moire; vieux et capables de jeter des sorts. Une fois le dragon trouvé, le magicien doit commencer par préparer le calice maudit, réceptacle qui servira à contenir l'énergie vitale de la créature. Ce calice doit être un objet solide valant au moins 2.000 po et résistant au passage du temps (le bois est, par exemple, un matériau à proscrire); sa forme ou son apparence n'a pas la moindre espèce d'importance. On choisit bien souvent de belles pierres précieuses pour faire office de calice (rubis, perles, escarboucles et jais recevant le plus de suffrages) et il n'est pas rare qu'on les sertisse dans la garde d'une épée ou d'une autre arme. Le calice est préparé par le biais d'un sort d'enchantement d'un objet pendant lequel on prononce le nom du dragon (le calice résiste au sort s'il réussit un jet de sauvegarde contre les sorts comme un magicien de niveau 11). Si l'objet résiste, il faut en trouver un autre. Sinon, il peut dès à présent faire office de calice maudit. Si on le souhaite, on peut le protéger grâce à un sort comme verre d'acier (toujours dans le cas où l'on a choisi une pierre précieuse).

On concocte ensuite une potion que le dragon doit ingérer. La composition exacte de ce breuvage varie en fonction de l'âge du dragon et de son type, mais il doit toujours contenir exactement sept ingrédients, dont une potion de contrôle de dragon mauvais, une potion d'invulnérabilité et du sang de vampire. Lorsque le dragon boit la potion, lancez 1d100 et consultez la table suivante :

  • d100 Résultat
  • 01-10 Aucun effet.
  • 10-40 La potion ne fonctionne pas. Le dragon subit 2d12 points de dégâts et est pris de convulsions qui l'empêchent de rien faire pendant 1-2 rounds.
  • 41-50 La potion ne fait pas effet et le dragon meurt. Un souhait ou sort similaire est nécessaire pour le ramener à la vie. L'effet d'un souhait formulé de manière à ce que le dragon soit transformé en dracoliche est déterminé par un nouveau jet de dés sur cette table.
  • 51-00 La potion produit l'effet désiré.

Dans ce dernier cas, l'esprit du dragon quitte aussitôt son corps pour aller dans le calice, et ce, quelle que soit la distance séparant les deux. L'objet se met alors à luire faiblement, ce qui indique la présence de l'âme de la créature à l'intérieur. Tant qu'il est enfermé dans le calice, l'esprit ne peut rien faire, et il n'est pas non plus possible de le contacter ou de l'attaquer par magie. Il peut rester là indéfiniment.

Dès que l'esprit du dragon se trouve dans le calice maudit, ce dernier doit être approché à moins de 30 m d'un cadavre de reptile. L'âme ne peut en aucun cas posséder un corps vivant. La dépouille du dragon d'origine est bien évidemment le choix idéal, mais tout reptile mort depuis moins de 30 jours fait également l'affaire.

Le magicien qui a préparé le calice doit le toucher en prononçant le nom du dragon et en jetant un sort de réceptacle magique, suite à quoi il ne lui reste plus qu'à toucher le cadavre. La dépouille doit rater un jet de sauvegarde contre les sorts pour que l'âme puisse la posséder. Si le jet est réussi, l'esprit ne pourra jamais pénétrer dans ce corps. Les modificateurs suivants s'appliquent au jet de dé:

  • 10 si le cadavre n'est autre que celui qu'occupait autrefois l'esprit (dans ce cas, il peut très bien être mort depuis une durée illimitée).
  • 3 si le corps est celui d'une créature de même alignement que l'esprit.
  • -4 si la dépouille est celle d'un vrai dragon (de n'importe quel type).
  • -3 s'il s'agit d'un corps de drake igné, lézard des glaces, wiveme ou lézard de feu.
  • -1 s'il s'agit d'un cadavre de dracosilic, dragonne, dinosaure, serpent ou tout autre reptile.

Si la dépouille accepte l'esprit, ce dernier l'anime aussitôt. Si le cadavre animé est celui qu'occupait autrefois l'âme, la créature nouvellement formée devient aussitôt une dracoliche, mais elle reste incapable de parler ou d'utiliser son souffle pendant les 7 jours à venir (elle ne peut donc pas non plus se servir de sorts à composante verbale). Au terme des 7 jours, elle retrouve l'usage de sa voix et de son souffle.

Si le corps n'est pas celui qu'occupait autrefois l'esprit, il devient aussitôt une proto-dracoliche. Cette dernière conserve l'intelligence et la mémoire de la créature qu'elle était autrefois, mais ses points de vie sont ceux d'une dracoliche, de même que ses immunités contre certains sorts et contre le vade retro des prêtres. Une proto-dracoliche est toutefois incapable de parler ou de jeter des sorts, et elle ne peut pas non plus souffler, semer la terreur chez ses ennemis ou les paralyser à l'aide de son toucher glacial. Sa force, sa vitesse de déplacement et sa classe d'armure sont celles du corps possédé.

Pour devenir une dracoliche à part entière, une proto-dracoliche doit dévorer au moins 10 % de son corps d'origine. À moins que sa dépouille ait été envoyée dans un autre plan, elle peut toujours la sentir, et ce, quelle que soit la distance qui les sépare. Elle se met alors en quête de son ancien corps, à l'exclusion de toute autre activité. Si le corps a été brûlé, démembré ou détruit de quelque autre manière que ce soit, la proto-dracoliche n'a qu'à dévorer suffisamment de cendres ou de morceaux du cadavre pour parvenir à 10 % de sa masse totale (la dépouille ne peut être totalement détruite que par un sort de type désintégration ; il est alors possible de la reformer à l'aide d'un souhait ou sort similaire jeté dans le plan où la désintégration a eu lieu). Si une proto-dracoliche ne parvient pas à dévorer son ancien corps, elle est piégée sous sa forme incomplète jusqu'à sa mort.

Une proto-dracoliche se transforme en dracoliche à part entière 7 jours après avoir dévoré son propre cadavre. Une fois la transformation achevée, elle ressemble au dragon qu'elle était avant de mourir. Elle peut désormais parler, jeter des sorts et utiliser le souffle qui était le sien de son vivant. Elle possède, de plus, tous les pouvoirs communs aux dracoliches.

Chaque fois que la créature essaye de posséder un nouveau corps, la procédure recommence, si ce n'est que le magicien n'est plus requis (le sort de réceptacle magique n'est nécessaire que pour la première possession). Si l'esprit parvient à s'emparer de son corps d'origine, il devient une vraie dracoliche. S'il s'agit d'une autre dépouille, il devient une proto-dracoliche et doit là encore dévorer son corps précédent avant de devenir une dracoliche à part entière.

Une relation de symbiose se forme entre la dracoliche et les mages qui l'ont créée. Les magiciens vénèrent et aident leur dracoliche, à qui ils offrent régulièrement des trésors monétaires et objets magiques. En échange, la créature les protège et favorise par ses actes la réalisation de leurs plans. Tout comme les dragons, les dracoliches sont des monstres solitaires, mais elles aiment savoir qu'elles peuvent disposer d'alliés en cas de besoin.

Elles résident principalement dans le même type de région qu'elles occupaient de leur vivant. Par exemple, les dracoliches issues de dragons verts ont de bonnes chances de continuer à vivre dans les forêts tempérées ou subtropicales. Bien que ces créatures ne partagent pas leur antre avec les magiciens qui leur ont donné naissance, le repaire de ces derniers n'est jamais distant de plus de quelques kilomètres. Les dracoliches préfèrent l'obscurité, ce qui explique qu'on les rencontre le plus souvent de nuit, au cœur des forêts les plus denses ou encore dans de vastes complexes souterrains.

 


Écologie :

Les dracoliches n'ont jamais faim, mais elles doivent tout de même manger pour alimenter leur souffle en énergie. Tout comme les dragons, elles peuvent presque tout ingérer, mais ont un faible pour les aliments qu'elles préféraient de leur vivant (une dracoliche issue d'un dragon rouge aura ainsi un goût très prononcé pour la viande fraîche). Le corps d'une dracoliche détruite se réduit en poussière putride en l'espace de quelques heures. Ces cendres peuvent être utilisées par les magiciens connaissant les formules requises pour créer des potions de contrôle des morts-vivants et d'autres objets magiques du même genre.