Source : Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

Chimère (et Gorgimère)



 

Chimère

Gorgimère Chimere du Bestiaire monstrueux de AD&D2, édition révisée

CLIMAT/TERRAIN :

Tous (tempéré ou tropical)

Tous (tempéré ou tropical)

FRÉQUENCE :

Rare

Très rare

ORGANISATION :

Solitaire ou troupe

Solitaire

CYCLE D'ACTIVITÉ :

Tous

Tous

RÉGIME ALIMENTAIRE :

Omnivore

Omnivore

INTELLIGENCE :

Partielle (2-4)

Partielle (2-4)

TRÉSOR:

P

F

ALIGNEMENT:

Chaotique mauvais

Neutre

NOMBRE APPARAISSANT :

1-4

1

CLASSE D'ARMURE :

6 / 5 / 2

5/2

DÉPLACEMENT :

9 Vl 18 (E)

12, Vl 15 €

DÉS DE VIE :

9

10

TACO :

11

11

NOMBRE D'ATTAQUES :

6

5

DÉGÂTS PAR ATTAQUE :

1-3/1-3/1-4/1-4/2-8/3-12

1-3/1-3/2-8/2-12/3-12

ATTAQUES SPÉCIALES :

Souffle

Souffles

DÉFENSES SPÉCIALES :

Aucune

Aucune

RÉSISTANCE À LA MAGIE:

Aucune

Aucune

TAILLE :

G (1m50 au garrot)

G (1m50 au garot)

MORAL :

Elite (13-14)

Elite (13-14)

POINTS D'EXPÉRIENCE :

5 000

6 000


La gorgimère possède le postérieur d'une gorgonne, la tête et les pattes avant d'un lion, et le corps et les ailes d'un dragon rouge. Tout comme la chimère, elle arbore la tête de chacune des trois créatures qui la constituent.

Ce monstre peut attaquer ses adversaires en les griffant (Id3/ld3), en les mordant (2d4 pour la gueule de lion, 3d4 pour la gueule de dragon) ou en leur donnant des coups de tête (2d6 pour la tête de gorgonne). Au lieu de délivrer leur attaque normale, les têtes de dragon et de gorgonne peuvent toute deux souffler. Le souffle de la première est semblable à l'attaque spéciale de la chi¬mère (feu, 3d8 points de dégâts) tandis que celui de la gorgonne pétrifie tous ceux qu'il prend dans son aire d'effet. Cette attaque ne peut être utilisée que 2 fois par jour ; elle affecte une zone conique faisant 1 m de long et autant de large à son extrémité, contre 30 cm à sa base. La gorgimère utilise toujours un de ses souffles lorsque ses adversaires sont à portée. Un jet de sauvegarde réussi contre la pétrification permet d'échapper aux effets du souffle de la gorgonne.

Le regard de la tête de gorgonne porte dans le Plan Astral et dans le Plan Éthéré, et son souffle peut les atteindre tous deux.

Tout comme la chimère, la gorgimère parle une forme basique du langage des dragons rouges.

Combat :

Sa puissance et ses multiples têtes font de la chimère un terrible adversaire. Elle préfère surprendre ses proies en leur plongeant dessus depuis les hauteurs où elle évolue. Elle peut attaquer jusqu'à 6 fois par round, à l'aide de ses deux pattes avant (Id3/ld3), de ses deux cornes de bouc (ld4/ ld4) et de ses deux gueules (2d4 pour la tête de lion, 3d4 pour la tête de dragon). Si elle le souhaite, sa tête de dragon peut cracher une langue de feu longue de 5 m au lieu de mordre. Cette attaque inflige 3d8 points de dégâts, mais un jet de sauvegarde réussi contre les souffles permet de réduire ce total de moitié. La chimère tente toujours de souffler si ses adversaires sont à portée. Lorsque plusieurs de ces monstres sont rencontrés, ils combattent de concert.

La classe d'armure de cette créature est définie de la façon suivante : dragon, CA 2 (flancs), lion, CA 5 (tête), bouc, CA 6 (queue).


Habitat / Société :

La chimère est un hybride qui mêle les préférences des trois créatures qui la composent pour ce qui est de son habitat, de son mode de vie et de son écologie. La part de dragon qui est en elle fait qu'elle préfère vivre dans des cavernes. Le dragon et le lion qui la composent semblent en guerre permanente, car si certaines des chimères sont solitaires (comme les dragons), d'autres préfèrent vivre en troupes (comme les lions). Mais même pour celles qui cohabitent, les naissances sont rares.

Ce monstre est omnivore. Sa tête de bouc se nourrit de racines et de plantes dures à mastiquer, ce qui lui permet de trouver des aliments à son gré même dans une région désolée, tandis que les deux autres têtes doivent absolument manger de la viande. La chimère chasse tous les trois ou quatre jours en utili¬sant sa force et son intelligence limitée pour prendre l'avantage sur ses proies. Elle est dotée d'un appétit vorace et parcourt parfois une région pouvant faire jusqu'à 50 km.

De nature chaotique mauvaise, la chimère aime s'en prendre aux humains, elfes, nains et autres petites-gens. Elle se fait même une joie d'attaquer les autres monstres lorsqu'elle a faim. Quiconque pénètre sur son territoire est considéré comme une proie et traité en conséquence.

Elle ne peut s'empêcher de s'attaquer aux monstres ou personnages passant dans son domaine pour une autre raison : sa nature draconique est avide des richesses que de telles créatures pourraient transporter. Bien qu'elle n'en ait pas la moindre utilité, elle amasse, tel un dragon, le plus gros trésor possible. Ses richesses n'ont toutefois rien à voir avec celles de l'un de ces monstres et se constituent principalement de pièces de cuivre et d'argent, ainsi, éventuellement, que de quelques pierres précieuses ou objets magiques.


Ecologie :

La Chimere du Bestiaire monstrueux deuxième édition La chimère est un omnivore. C'est aussi le principal prédateur de la région qu'elle occupe. Elle est capable de s'adapter à tout et, en période d'ab-sence de gibier, peut subsister en devenant pour un temps végétarienne.

Gorgimère

La gorgimère possède le postérieur d'une gorgonne, la tête et les pattes avant d'un lion, et le corps et les ailes d'un dragon rouge. Tout comme la chimère, elle arbore la tête de chacune des trois créatures qui la constituent.

Ce monstre peut attaquer ses adversaires en les griffant (Id3/ld3), en les mordant (2d4 pour la gueule de lion, 3d4 pour la gueule de dragon) ou en leur donnant des coups de tête (2d6 pour la tête de gorgonne). Au lieu de délivrer leur attaque normale, les têtes de dragon et de gorgonne peuvent toute deux souffler. Le souffle de la première est semblable à l'attaque spéciale de la chi¬mère (feu, 3d8 points de dégâts) tandis que celui de la gorgonne pétrifie tous ceux qu'il prend dans son aire d'effet. Cette attaque ne peut être utilisée que 2 fois par jour ; elle affecte une zone conique faisant 1 m de long et autant de large à son extrémité, contre 30 cm à sa base. La gorgimère utilise toujours un de ses souffles lorsque ses adversaires sont à portée. Un jet de sauvegarde réussi contre la pétrification permet d'échapper aux effets du souffle de la gorgonne.

Le regard de la tête de gorgonne porte dans le Plan Astral et dans le Plan Éthéré, et son souffle peut les atteindre tous deux.

Tout comme la chimère, la gorgimère parle une forme basique du langage des dragons rouges.