Partage et stockage du butin

Type(s) : Point de règle AD&D2
Source(s) Générique : Manuel des joueurs


Lorsqu'un groupe arrive à la fin d'une aventure, il a généralement récolté des trésors en cours de route. C'est pourquoi il vaut toujours mieux que les membres d'un groupe d'aventuriers déterminent dès le départ de quelle façon le butin sera partagé entre eux et leurs compagnons d'armes. C'est une vraie décision de jeu de rôles qui doit être prise conjointement par tous les joueurs présents à la table...

Il n'existe aucune règle de partage des trésors entre les personnages-joueurs. Toutefois, nous pouvons vous suggérer quelques méthodes et vous conseiller quant aux types de partage à accepter ou refuser. Si vous gardez ces conseils en tète, vous diminuerez grandement les risques de contestations et de rancœur entre les joueurs et les personnages du groupe.

Les trésors en liquide sont les plus faciles à partager. La méthode la plus simple et la plus directe consiste à faire parts égales entre tous les aventuriers. Un joueur peut objecter que son personnage a davantage contribué au succès d'une aventure donnée que certains autres ; mais les choses finissent toujours par s'équilibrer à long terme. Par ailleurs, aucun joueur ne peut se faire une idée exacte de l'ampleur de la contribution des autres. Un personnage qui a gardé les arrières du groupe peut avoir découragé des ennemis dissimulés de tendre une embuscade ; et cela, seul le MD le sait !

On peut également tenir compte des dépenses extraordinaires. Partant encore une fois du principe que tous les membres d'un groupe affrontent les dangers ensemble, et doivent donc partager les dépenses, certains aventuriers établissent un fond commun pour payer le coût éventuel des soins, des restitutions ou des résurrections de leurs compagnons. D'autres groupes établissent un partage en fonction du niveau de chacun de leurs membres, en supposant que les plus expérimentés d'entre eux ont assumé plus de responsabilités que les autres, et doivent donc être récompensés proportionnellement. D'autres encore accordent une sorte de prime à ceux qui ont pris plus de risques ou ont sauvé certains de leurs compagnons, ce qui encourage chaque membre a prendre une part active aux aventures.

Les trésors magiques sont plus difficiles à partager, dans la mesure où ils sont rarement assez nombreux pour qu'on puisse donner un objet utile à chaque membre du groupe (sans compter qu'ils ont généralement des valeurs très différentes). Dans ce cas, et si vous voulez maintenir une certaine harmonie dans le groupe, vous devez vous en remettre à votre sens de l'équité. Dans la mesure où des objets magiques ne sont utiles à l'ensemble d'un groupe que si leur porteur peut les utiliser, votre premier souci doit être de remettre chacun d'entre eux dans les bonnes mains. Une épée magique n'est pas aussi utile dans les mains d'un magicien quelle le serait dans les mains d'un combattant. De la même façon, un guerrier n'a pas grande utilité d'une baguette, alors que le magicien pourrait s'en servir très efficacement. Vous serez donc bien inspiré de remettre chaque objet magique à la personne la plus apte à l'utiliser au maximum de son potentiel.

Une méthode alternative consiste à déterminer le prix de vente d'un objet, et à confier ce dernier à tout membre du groupe étant en mesure de dédommager les autres sur cette base. Si plusieurs personnages sont intéressés, leurs joueurs peuvent tirer aux dés pour savoir lequel d'entre eux l'emportera. Ou, en ce qui concerne les objets qui pourraient être utiles à plusieurs des membres du groupe (une potion de soins, par exemple), ces derniers peuvent marchander entre eux. Un personnage peut abandonner un objet magique à ses compagnons en échange d'un autre. Un personnage ayant déjà reçu un objet magique en partage peut ne pas être autorisé à en réclamer un autre s'il n'y en a pas suffisamment pour tout le monde. Si les personnages n'arrivent pas à conclure un accord, les joueurs peuvent tirer aux dés et choisir chacun un objet dans l'ordre décroissant des résultats obtenus. C'est une méthode juste (dans la mesure où personne ne peut remettre le hasard en cause) mais qui crée néanmoins des déséquilibres. Au fil des aventures, un ou deux des membres du groupe pourraient, avec un peu de chance, se retrouver à la tête de la majeure partie des possessions magiques du groupe. Dans ce cas, ils seraient bien avisés de se retirer des partages suivants.

Le partage d'un trésor doit également prendre en compte certaines considérations tactiques. H ne semble guère prudent qu'un ou deux des membres du groupe soient responsables de la majeure partie des objets magiques. Les aventuriers avisés répartissent également les objets entre eux (c'est aussi vrai pour les explorateurs et les forces spéciales du monde réel). De cette façon, si l'un des personnages tombe du haut d'une falaise et disparaît à jamais, ou s'il est tué par un assassin fantasmatique, le reste du groupe nra pas tout perdu. De même, il semble plus approprié de confier les potions de soins aux combattants, aux roublards et aux magiciens, dans la mesure où le prêtre possède déjà des sorts lui permettant de produire les mêmes effets. Si jamais un prêtre transporte les potions de soins du groupe et qu'il disparaît pour une raison ou une autre, le groupe ne dispose plus d'aucun moyen magique de guérison. Si ces derniers sont à peu près équitablement répartis dans le groupe, dans le pire des cas on peut en perdre la moitié, mais pas la totalité (à moins d'un désastre complet, impossible à prévenir de toute façon). En fin de compte, vous vous apercevrez qu'il ne sert à rien de se montrer trop cupide.

Une fois que les personnages ont amassé un trésor d'une certaine taille, ils doivent trouver un endroit où le stocker. Si le MD mène une campagne médiévale, il n'y aura certainement pas de banque dans son monde, et les PJ devront trouver un autre moyen de mettre leur argent en sécurité. Une malle dotée d'un gros cadenas est un bon début, mais il existe des méthodes bien meilleures. Vous pouvez par exemple convertir vos possessions en objets très précieux mais de petite taille, de façon à pouvoir constamment les emporter avec vous - bien entendu, le principal inconvénient de cette solution étant que si vous vous faites détrousser, vous vous retrouverez à nouveau sur la paille. Et puis c'est assez difficile de payer une chope de bière avec une gemme d'une valeur de 1.000 po. Vous pouvez aussi confier votre argent à une personne de confiance - pas besoin de vous expliquer les risques encourus dans ce cas. Votre personnage peut par exemple confier sa fortune à un seigneur ou une église locale. Ce n'est pas aussi stupide que ça en a l'air : si le bénéficiaire de vos largesses refuse de vous rendre votre argent, vous ne lui en confierez plus jamais, et il en sera probablement de même de tous les habitants de la région. Et si tel est le cas, où trouvera- t-il suffisamment d'argent pour continuer à mener la grande vie ? La meilleure solution est encore la plus couramment utilisée à travers toute l'histoire : acheter des biens ou un château. Des terres, du bétail et des marchandises sont plus difficiles à voler ou à perdre que toutes les autres formes de richesse. Si vous possédez une grande fortune, mieux vaut la mettre en sûreté dans un endroit où personne ne risque de la dérober.